Fraude & Sécurité

La fraude à la TVA : enjeux et solutions

Par
Cynthia Labatut
3/1/2024
5
min

Le système de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) est un pilier crucial des finances publiques françaises. En effet, il permet de collecter des indispensables au bon fonctionnement de l'économie du pays. Cependant, il est aussi confronté à un problème majeur : la fraude à la TVA. Cette pratique coûteuse a des implications économiques et financières considérables pour l’État et les services publics. Voilà pourquoi l’administration tâche sans cesse de trouver de nouveaux moyens pour lutter contre ce fléau. Voyons donc quels sont les enjeux de ce combat pour l’État, mais aussi pour les entreprises. 

Le fonctionnement de la TVA en France

La TVA est un impôt sur la consommation qui s’applique à la majorité des produits et services achetés par les particuliers, les entreprises ou tout autre acteur économique en France. Le montant de la TVA correspond à la différence entre le prix hors taxes (HT) et le prix toutes taxes comprises (TTC).

La TVA est un impôt indirect : elle n’est pas prélevée directement par l’État. Ce sont les entreprises qui se chargent de la collecter lors de leurs ventes, puis de la reverser à l’État. 

En contrepartie, les entreprises ont la possibilité de récupérer la TVA déductible qu’elles ont elles-mêmes réglée lors de leurs achats. Elles déclarent régulièrement à l’administration le montant de TVA qu’elles ont collecté auprès de leurs clients, ainsi que la TVA réglée à leurs fournisseurs. La différence est reversée à l’administration.

Le système de la TVA donne donc une place centrale aux entreprises. Il offre la possibilité à l’État de prélever une taxe sur chaque transaction effectuée, ce qui serait impossible sans intermédiaire. Mais il ouvre également la porte à des erreurs ainsi que des fraudes qui se répercutent sur tous les contribuables, y compris les entreprises. 

Erreur ou fraude à la TVA : quels sont les risques ?

Quelles sont les sanctions prévues en cas d'erreur de TVA ?

En France, les entreprises doivent être attentives aux éventuelles erreurs dans leurs déclarations de TVA, même si ces dernières ne résultent pas d'une intention frauduleuse. En cas d'erreur ou d'omission, une pénalité équivalant à 10 % de la TVA due peut-être imposée. Si de telles erreurs se répètent, les sanctions peuvent s'aggraver, avec des amendes allant de 15 % à 50 % de la TVA due.

Notez que, même en l'absence de TVA à payer, une amende forfaitaire de 200 € peut être appliquée. De plus, sachez que des intérêts de retard de 7% par an peuvent aussi s'accumuler en cas de paiement tardif.

Bien entendu, toutes ces sanctions sont établies pour inciter les entreprises à mettre en place des procédures de suivi rigoureuses, à utiliser des logiciels de comptabilité précis et à former leur personnel, pour une gestion fiscale plus efficace et conforme.

Quelles sont les sanctions prévues en cas de fraude à la TVA ?

La fraude à la TVA peut quant à elle faire l’objet de poursuites pénales. Les fraudeurs encourent 75 000 € d’amende et 5 ans d’emprisonnement ainsi que des sanctions administratives. Les peines peuvent aller jusqu’à 200 000 € d’amende et 7 ans d’emprisonnement pour certains types spécifiques de fraude (délit en bande organisée, faux et usage de faux…).

La fraude à la TVA : quelles sont les méthodes utilisées ?

La fraude à la TVA peut prendre plusieurs formes, allant de techniques assez simples à d'autres schémas beaucoup plus complexes. 

Les fausses déclarations

Dans ce cas, les entreprises déclarent intentionnellement des montants de ventes, d'achats ou de TVA incorrects dans leurs déclarations fiscales. L'objectif ? Réduire le montant de la TVA due ou augmenter les crédits de TVA récupérable. 

La fraude carrousel

Également connue sous le nom de "fraude à la TVA en chaîne", cette technique implique une série de transactions fictives et rapides entre différentes entreprises. La TVA est collectée à chaque étape, mais l'une des entreprises impliquées disparaît ensuite sans reverser la TVA à l'État. 

La double facturation

Dans ce schéma, une entreprise facture la même transaction à plusieurs clients, générant ainsi plusieurs déductions de TVA (côté clients) pour une seule opération. Cela peut conduire à des remboursements excessifs de TVA. 

La fausse exportation

Lorsqu’une entreprise vend des biens ou services à l’étranger, la vente peut être exonérée de TVA. Ainsi, les entreprises peuvent simuler des exportations pour ne pas reverser la TVA sur des marchandises qui n'ont pas réellement quitté le pays.

Les transactions intracommunautaires fictives

Les opérations intracommunautaires (ventes entre pays de l'Union européenne) sont soumises à des règles spécifiques de TVA. Les fraudeurs peuvent créer des transactions fictives pour obtenir indûment des remboursements de TVA. 

La création de fausses factures

Les entreprises peuvent créer de fausses factures pour justifier des dépenses fictives et réclamer des crédits de TVA non mérités. 

Le recours à des sociétés-écrans

Les fraudeurs utilisent des sociétés fictives ou "coquilles" pour effectuer des transactions fictives et échapper aux obligations fiscales. 

La manipulation des taux de TVA

Certains biens ou services sont soumis à des taux de TVA réduits. Les entreprises peuvent intentionnellement appliquer des taux de TVA incorrects sur des produits ou services pour réduire la TVA due. 

Inscrivez-vous

Bénéficiez de l'utilisation de Kolecto gratuitement pendant 1 an.

Démarrer gratuitement

Inscrivez-vous

Bénéficiez de l'utilisation de Kolecto gratuitement pendant 1 an.

Démarrer gratuitement
Inscrivez-vous

Inscrivez-vous

Bénéficiez de l'utilisation de Kolecto gratuitement pendant 1 an.

Démarrer gratuitement

Quelles sont les conséquences économiques et financières de la fraude à la TVA ?

La fraude à la TVA a des conséquences économiques et financières significatives, à la fois pour le gouvernement français et les entreprises opérant en France.

Conséquences pour l’État

D’après l’Insee, la fraude à la TVA en France représente entre 20 et 25 milliards d'euros de pertes par an. Elle prive donc  l’État français de recettes fiscales importantes. En effet, les montants non perçus de TVA représentent une diminution directe des ressources budgétaires nécessaires au financement des programmes et services publics, tels que l'éducation, la santé, les infrastructures ou encore la sécurité. En parallèle, cela contribue aussi à l'aggravation du déficit budgétaire

Conséquences pour les entreprises

Comme tout contribuable, les entreprises bénéficient de services et d’aides publics, et sont donc directement impactées par la perte de ressources de l’État.

Notons également que la fraude à la TVA est une pratique de concurrence déloyale. En effet, cela permet aux entreprises d'offrir des prix plus bas que certains de leurs concurrents honnêtes. En faussant la concurrence sur les marchés, la fraude à la TVA peut donc aussi entraîner des distorsions économiques.

Voilà pourquoi les efforts pour prévenir et combattre la fraude à la TVA sont essentiels pour maintenir l'intégrité du système fiscal, garantir un environnement commercial équitable et assurer la stabilité économique du pays. 

Comment les entreprises peuvent-elles lutter contre la fraude à la TVA ?

À leur échelle, les entreprises peuvent aussi lutter contre la fraude à la TVA de manière proactive. 

La vérification des fournisseurs et des partenaires commerciaux

La première étape pour éviter la fraude à la TVA est de s'assurer que les fournisseurs et les partenaires commerciaux sont légitimes et fiables. Pour cela, mieux vaut effectuer des contrôles approfondis sur les antécédents et la réputation des entreprises concernées, tout en vérifiant aussi la validité de leur numéro de TVA intracommunautaire.

💡 Kolecto propose un outil de vérification automatique des informations légales (Iban, Siret) des entreprises afin de vous permettre de réaliser des transactions sécurisées.

Le suivi des transactions

Un suivi régulier des transactions est essentiel pour détecter rapidement toute activité anormale ou suspecte. Cela peut impliquer :

  • L’utilisation d’un système de gestion qualitatif, enregistrant toutes les transactions de manière transparente ;
  • La mise en place d'alertes automatiques pour des seuils financiers spécifiques ou des schémas inhabituels ;
  • L’analyse régulière de rapports financiers pour identifier toute fluctuation ou tendance anormale.
💡 Toutes ces fonctionnalités ou ces reportings financiers peuvent être mis en place facilement grâce à l'outil de gestion et de centralisation des factures Kolecto.

La formation du personnel

En entreprise, il est indispensable que le personnel soit formé pour reconnaître les risques de fraude à la TVA. Tous les membres de l'équipe comptable doivent aussi être parfaitement au fait des procédures de conformité fiscale. Pour cela, une formation régulière est primordiale, tout comme la sensibilisation du personnel aux conséquences juridiques et financières de la fraude à la TVA.

L'utilisation de logiciel de comptabilité avancés

Les logiciels de comptabilité avancés peuvent automatiser les processus comptables, minimisant ainsi les erreurs humaines et les risques de fraude. 

💡 Kolecto automatise le rapprochement bancaire, la pré-comptabilité ainsi que les opérations de saisie comptable afin d’éviter les erreurs. L’outil centralise également tous les justificatifs et détecte les doublons ou oublis.

La mise en place de contrôles internes et la collaboration avec les autorités fiscales

L’instauration de contrôles internes et de procédures solides peut aussi réduire le risque de fraude. À titre d'exemple, il peut être intéressant de mettre en place :

  • Une séparation des tâches pour éviter les conflits d'intérêts et les opportunités de fraude ;
  • Une revue régulière des procédures internes pour identifier les failles potentielles ;
  • Des audits internes périodiques pour évaluer l'efficacité des contrôles.

Suite à cela, une collaboration proactive avec les autorités fiscales peut aider à signaler toute activité suspecte.

Le recours à des experts-comptables

Engager un expert-comptable peut aussi permettre de lutter contre cette fraude. Fort de son expertise et de compétences actualisées, ce professionnel du domaine garantit une meilleure conformité fiscale, ainsi que des documents créés dans les règles de l'art, avec par exemple toutes les nouvelles mentions obligatoires présentes sur les factures. L'expert-comptable est également plus à même de détecter les anomalies ou les schémas de fraudes potentielles.

💡 En allégeant la charge que représentent les tâches fastidieuses telles que la saisie comptable, Kolecto permet à votre expert-comptable de se concentrer sur des missions à forte valeur ajoutée, comme le conseil et le pilotage financier.

La réforme de la facturation électronique, un outil de lutte contre la fraude

Dès 2026, les entreprises assujetties à la TVA en France devront recourir à la facturation électronique. La lutte contre la fraude à la TVA est l’un des arguments en faveur de cette généralisation de la dématérialisation des factures. Elle va accroître la fiabilité et la transparence des données des transactions financières, tout en permettant une meilleure communication avec l’administration.

La prévention de la fraude à la TVA grâce à la transparence des données

La prévention de la fraude à la TVA repose en grande partie sur la transparence des données financières. Une gestion financière claire et une comptabilité précise offrent une visibilité accrue sur les opérations, réduisant ainsi les risques d'omissions ou d'erreurs involontaires. Il s'agit aussi de l'un des avantages de la dématérialisation des factures. En effet, celle-ci assure une meilleure traçabilité des transactions, ce qui peut aider à identifier les schémas suspects et à intervenir rapidement.

Vers une meilleure communication des données avec les autorités fiscales

Une communication fluide et transparente avec les autorités fiscales est un élément clé dans la lutte contre la fraude à la TVA. C'est d'ailleurs dans ce contexte qu'a été créé le Portail Public de Facturation (PPF). Celui-ci permet de centraliser toutes les factures fournisseurs et clients, de façon à ce que l'État puisse déceler plus facilement les activités suspectes ou les omissions. Il permettra également aux entreprises de gagner du temps grâce à un pré-remplissage automatique de leurs déclarations de TVA.

L'enjeu de ce dispositif ? Échanger des informations comptables et fiscales avec les autorités de façon plus rapide, plus efficace et plus fluide, afin de lutter, entre autres, contre la fraude à la TVA.

💡 Les entreprises ont la possibilité d’associer une plateforme de dématérialisation comme Kolecto au PPF afin de rendre son utilisation plus simple et intuitive et de bénéficier de services complémentaires. 

N’attendez plus pour essayer gratuitement Kolecto standard !

Rédigé par
Cynthia Labatut
Experte administrative & Financière
Partagez cet article
Essayez Kolecto gratuitement
Découvrez la plateforme de gestion tout-en-un pour TPE/PME la plus simple du marché
Essayer gratuitement